labriqueterie

l
Historique
"Il était une fois, à la fin des années 50"
l

- 1960 : création de l'association
   
- Années 70 : développement
   
- Années 80 : créations
   
- 1988 : nouveau bâtiment
   
- 2011 : rénovation : la Briqueterie

la briqueterie

En 1959, trois jeunes conseillers municipaux ressentent la nécessité de faire quelque chose pour les jeunes plus ou moins désœuvrés. L'idée est de créer à Montmorency une "Maison des Jeunes". Premières réunions sous la présidence du Maire de l'époque et des associations concernées. 

1960 : création de l'association


La constitution d'un bureau se fait, non sans difficulté.
Il se compose alors de :

* Monsieur THIEBAULT, président
* Monsieur PHILIPPE, vice-président
* Monsieur DUMET trésorier
* Monsieur DUERMAEL, secrétaire (qui deviendra président par la suite)

Le sigle de l'association se modifie à 3 reprises au cours des années :

* Maison des Jeunes et de la Culture (MJC)
* Maison Pour Tous (MPT)
* Maison des Loisirs et de la Culture (MLC)

Le premier local que la municipalité attribue est une salle de classe désaffectée de l'ancienne maternelle Jules Ferry, dans le bas de Montmorency. Le nettoyage et les peintures se font avec des bénévoles ; après quelques week-ends, la MJC prend un aspect présentable et les premiers adhérents s'y trouvent plutôt bien.

Les premières manifestations ont lieu le dimanche après-midi.
Les responsables se relaient pour que tout se passe sans débordement.

Petit à petit, des activités se créent pour lesquelles les jeunes et leurs familles montrent beaucoup d'intérêt.
 

Développement


L
a municipalité qui a pris conscience de l'importance de l'impact de cette structure sur la population et en particulier sur la jeunesse, fait édifier dans le haut de Montmorency, au n°6 du chemin des hauts briffaults, un bâtiment préfabriqué pour "installer" la M.J.C. dans ce quartier de la ville.
Quelques années plus tard, la MLC obtient un second local, que beaucoup de Montmorencéens ont connu : le "Mille Club" du n°40 de la rue des Gallerands, à côté du gymnase.
Des cours de danse sont également proposés dans une classe d'ancienne école, chemin des bois briffaults.

Plusieurs directeurs se succèdent avant qu'un nouveau responsable prenne vraiment les choses en main, avec des projets plus ambitieux. En 1977, ce nouveau directeur se retrouve entouré d'une équipe de bénévoles motivés et beaucoup plus de choses deviennent alors possibles.
Malgré peu de moyens, la MJC prend un rapide essor.
Elle devient alors de plus en plus active et créative. Un directeur adjoint est nommé.
Les spectacles, cabarets, expositions, fêtes de quartier se multiplient. Les concerts de rock organisés à la salle des fête accrochent un public qui devient fidèle.
Un ciné-club est mis en place à l'Eden, dans le centre ville, proposant aussi bien des films pour les enfants et les adultes que pour le troisième âge, il y fonctionnera pendant plus de 10 ans.
De nouvelles activités sont mises en place au n°45 de l'avenue de Domont. La MLC ne se limite plus à ses activités internes, elle participe à beaucoup d'actions : Fête de la cerise, animations pour les manifestations sportives, sonorisations, montage de chapiteaux, prestations de services, création d'une exposition itinérante sur le jeu de l'oie etc.

 


Une des premières soirées cabaret à la MLC des Champeaux vers 1978


Au début des années 80, un second bâtiment préfabriqué (un "SEAL", en forme de double pyramide) est monté  juste à côté de l'ancienne structure : la MLC va également bénéficier peu à peu de ce nouvel espace pour ses activités.

 

Créations


L'animation de quartier

Constatant que beaucoup de jeunes se groupaient autour des résidences et dans leurs escaliers, des contacts furent pris avec les responsables pour créer des animations dans les locaux sociaux. L'approche de départ ne fut pas très bien comprise : il fallut un certain temps pour faire admettre ce point de vue. Mais l'animation de quartier était née. Une réalisation intéressante puisqu'elle donnait la possibilité à de très jeunes et à de moins jeunes de s'intégrer dans une structure de type foyer avec des activités sportives, manuelles, des sorties et des camps de vacances.
Dès 1978, des animateurs prennent le projet avec beaucoup de dévouement et réussissent à faire progresser l'Animation de quartier dont l'utilité et la nécessité sont vite reconnues. Une salle est ouverte à la résidence "Florian", une autre aux "Peupliers" une troisième à "La Fontaine".
L'aide que donne la ville pour faire prospérer l'association démontre que l'orientation était bonne. Un soutien scolaire est mis en place pour les enfants.
Au début des années 90, l'animation de quartier prend son autonomie et se constitue en association dans des locaux séparés de la MLC. Elle deviendra par la suite successivement AMH ("Animation Montmorency Haut") puis AMJ (Animation Montmorency Jeunes).

La ludothèque

Parallèlement à l'animation de quartier, une nouvelle expérience est tentée au début des années 80 : une ludothèque - l'équivalent d'une bibliothèque mais pour les jeux et les jouets - elle s'installe à côté de la salle d'animation Florian. Il est à noter que ce type de structure était encore très rare à l'époque.
Tous ces nouveaux secteurs travaillent en collaboration et sur le mode de l'échange permanent, les groupes d'animation de quartier fréquentent la ludothèque, la MLC, etc.
 

Nouveau bâtiment


La dispersion des centres d'activité, de plus en plus nombreux, ne rendait pas leur gestion facile au quotidien.
  L'idée de centraliser les locaux était devenue impérative.
L'édification du bâtiment du n°6 de l'avenue de Domont où nous nous trouvons aujourd'hui est le couronnement des efforts menés par tous.
Le projet de ce bâtiment a donné lieu à deux études d'architectes (voir les maquettes ci-dessous). Une fois le choix fait - et quelques modifications à la baisse apportées au projet initial - le feu vert a été donné pour la construction et la "nouvelle" MLC a été inauguré le 5 novembre 1988. Elle a permis un véritable rayonnement de la MLC dans un confort et une qualité d'accueil sans précédents.
 

Le projet n°1 (non retenu) vu de face et de côté :

 


Le projet n°2 dans sa phase de construction

 


La MLC dansa phase d'achèvement - début 1988
 

A l'aube des années 2000


En février 1994, après une présence sans faille de près de 20 ans du directeur/créateur de la plupart des activités, mais aussi en proie à des problèmes financiers et de gestion humaine, la MLC accueille un nouveau dirigeant. Il y restera presque 10 ans.
Net changement d'orientation, l'objectif devient alors surtout culturel : le théâtre, la danse, la musique et les expositions.
 


Un atelier de pliage pour les écoles


Début 2003, c'est le retour de l'ancien directeur-adjoint des années 80, qui, après avoir oeuvré pendant une décennie à la MJC de Montigny Les Cormeilles a souhaité reprendre du service à Montmorency. Entre temps, l'équipe des permanents a été partiellement renouvelée.
La nouvelle mission est claire : redonner de l'impulsion aux actions de la MLC et s'ouvrir à de nouveaux publics. De nombreux travaux de rénovation et d'équipement sont mis en place avec, mais à plus longue échéance, un projet beaucoup plus ambitieux d'agrandissement du bâtiment.



Les buts et les statuts.

La MLC revendique son appartenance à l’éducation populaire qui est un courant d'idées qui milite pour une diffusion de la connaissance au plus grand nombre afin de permettre à chacun de s'épanouir et de trouver la place de citoyen qui lui revient. C'est une éducation qui n'est pas cadrée dans les structures traditionnelles de la famille, de l'école ou de l'université. Elle se situe au sein du temps de loisir, par la pratique volontaire de la vie de groupe, la confrontation, le partage. Elle se définit généralement en complément des actions de l'enseignement formel. C'est une
éducation qui reconnaît à chacun la volonté et la capacité de progresser et de se développer, à tous les âges de la vie. Elle ne se limite pas à la diffusion de la culture académique ni même à l'art au sens large, mais également aux sciences, aux techniques, aux sports et aux activités ludiques...

En réalité tous ces apprentissages sont l'occasion de développer ses capacités à vivre en société : confronter ses idées, partager une vie de groupe, s'exprimer en public, écouter... La notion d’éducation populaire s’appuie sur des valeurs de respect et de solidarité.

Fidèle à ces principes et valeurs, la MLC occupe aujourd’hui plus que jamais une position privilégiée en tant que lien culturel à dimension communale de proximité. Elle permet de contribuer au développement local, à la création et au maintient du lien social sur la commune au travers des rencontres, des connaissances, de l’épanouissement de la personne. Nous devons sans cesse innover, développer des actions portées par des personnes ou des partenaires. Nos différents secteurs d’animation : les ateliers d’artisanat, les activités socio culturelles, la ludothèque, l’aide ponctuelle aux associations, les expositions temporaires, la programmation de spectacles et de concerts, l’accueil d’artistes en résidence, sont des moteurs importants de l’animation.  Le Conseil d’Administration s’efforce de faire évoluer la MLC en ayant toujours à l’esprit ces principes fondamentaux.

La politique de programmation est tournée vers le spectacle vivant tout public et une place importante est réservée pour les publics enfants et jeunes. La participation à des réseaux comme « Blues en Val d’Oise », « Combo 95 », « Festival du conte » par exemple en témoigne également. La programmation de musiques actuelles, en partenariat avec le Conseil Municipal des Jeunes et le service jeunesse, participe aux objectifs d’ouverture pour un large public.

 

2011 travaux et rénovation "La briqueterie"


Durant l'été 2011, le projet de rénovation, longtemps retardé et remanié à plusieurs reprises, est enfin mis en place. Trois mois de travaux avec réfection des carrelages, des peintures, mise aux normes des toilettes et des accès, installation d'un ascenseur, rénovation complète de la salle de spectacles avec gradin rétractable.

Le 10 décembre, lors de l'inauguration, la MLC et sa salle de spectacles sont officiellement baptisées "LA BRIQUETERIE-MLC"